sd main logo
www.bakassa.net
Menu

CEJESBAD - DOUALA

Mr Nana Douglas nouveau Pdt de la Cejesbad élu le 13/11/16
Mr Nana Douglas nouveau Pdt de la Cejesbad élu le 13/11/16

Actualités précédentes 

  

REPUBLIQUE DU CAMEROUN                                                              REPUBLIC OF CAMEROON

    PAIX-TRAVAIL-PATRIE                                                                     PEACE-WORK-FATHERLAND

      ---  ---  ---  ---  ---                                                                                       ---    ---  ---  ---  ---  

                                  

 

 

  

 

 

 

 

 

 

                                     PROJET DES  COLONIES  DE VACANCES 2016

                         

 

Objectifs généraux.  

 

i- Agir sur les connaissances de la langue maternelle et de la tradition locale ii- Initier l’économie agricole de groupe (GIC et association)iii- Contribuer au développement local

 

 

• Nos prestations 

 

Visite des chefferies et des lieux sacrés (libre ou guidé)

Animations éducatives et participatives autour de l’agriculture et de l’environnement

Promouvoir l’auto emploi des jeunes

 

• Nos besoins auprès de la grande famille bakassa

 

La jeunesse a besoin d’un cadre qui puisse le permettre de s’affirmer et de mieux s’épanouir dans notre culture. A cet effet, nous avons besoin :

- D’une plate forme d’échange culturel entre parents et enfants ;- D’une action concertéedevant permettre à la construction au village d’un foyer culturel d’au moins 500 places avec pourquoi pas une salle multimédia et un petit Musée traditionnel ;- La mise à la disposition de la population villageoise de l’eau potable.

Tout ceci ne peut pas être impossible si tout le monde perçoit le bien fondé et son importance pour la population en générale

En ce qui nous concerne, notre objectif aujourd’hui n’est plus a démontré aux yeux de la  population et de la communauté, car nous pensons que nous avons déjà  depuis le début de notre regroupement en 2006 et malgré notre statut en général élèves et étudiants, fait preuve de nos actions pour le développement.  Mais comme cela ne peut  suffire pour rendre notre village au top, nous voulons que les parents nous facesconfiance tout d’abord à soutenir l’idée des colonies de vacance en encourageant leurs enfants à y venir pour que ce soit un véritable forum d’échange  socio- économiques et culturel pour le développement du village bakassa. 

 

Permettez ici  qu’avant toute chose, que nous puissions  d’abord vous faire part de quelques œuvres de charité par nous réalisées en 10 ans d’existence ; c'est-à-dire de 2006 à 2016. Un parcours qui n’est pas tout aussi magnifique mais jaugé de bonne réalisation. Ensuite, il est  de bon ton que nous  vous soumettons aussi nos vœux de réalisation pour les années avenir ; lesquelles réalisations nous tiennent vraiment à cœur  en commençant par cette année 2016 qui va marquée les 03 ans de colonie consécutives depuis 2014 et après la trêve de 1992, année  de la dernière édition de nos ainés et parents.

 

➢ Nos réalisations• Un champ communautaire de 1000 plants d’eucalyptus qui peut déjà servir à nos jours aux œuvres sociales ;• Un babillard public  fait en bêton armée œuvre des différents ingénieurs du groupe etqui sert d’affichages publiques ;• Deux bans publics servant de repos pour la population• Un espace vert pour l’embellissement de la place publique couvert d’un gazon synthétique• Plus de 30 lampadaires pour l’éclairagepublic dans les différents quartiers du village• Embellissement de la place des martyrs par des poteaux décorés comportant des ampoules et des prises électriques.

 

➢ En ce qui concerne nos ambitions nous avons en idée plusieurs projets entre autres

 

• Le reboisement des bordures des routes pour lutter contre le réchauffement climatique pouvant aussi servir d’embellissement,• Augmentation des lampadaires sur la voiepublique partant de la chefferie jusqu’aux différentsquartiers ;• La réhabilitation de notre château d’eau en remplaçant les tuyaux galvanisés en pvc pour éviter la rouille source de plusieurs maladies entre autres la typhoïde ;• Réhabilitions de la toiture de l’école publiquede bakassa et de la mission catholique aujourd’hui  totalement en dégradation. • La construction d’un foyer culturel digne de se nom pour le village.

 

 

Chers parents, frères et sœurs ; nous ne nous substituons pas ici, au comité de développement, mais à force de voir une certaine inertie, une certaine lassitude de notre village face à la montée des autres, nous sommes obligés de nous prononcer malgré les moyens limités sur ces choses, car notre vœux est de ne pas voir périr notre cher et beau village qui est tout pour nous.  

 

II- IMPORTANCE ET OBJECTIF DES COLONIES 

De plus en plus, nous assistons de nos jours aux phénomènes qui  frisent et mettent la jeunesse à l’écart de sa culture : l’exode rural accrue, le chômage, le gangstérisme et bien d’autres qui amènent le jeune a vivre comme s’il venait de nulle part.

Si nous faisons une étude statistique au village Bakassa à ce jour, nous constatons que les jeunes actifs n’atteignentplus 40 âmes et c’est un danger pour nous car la jeunesse constitue pour un village ce qu’est l’armée pour un pays.   C’est ainsi l’occasion d’interpeller la population de faire une projection sur l’avenir de notre village. Si nous prenons un exemple avec l’école primaire que le nombre d’élève est passé de 60 en 1995 a une dizaine en 2013 et le nombre moyen habitant c’est presque réduit en deux pendant la même période. Posons-nous la question à savoir comment faire vivre le village avec sa population autochtone qui migre toujours vers la ville à la recherche du travail. Et, pourquoi migrer toujours vers les villes  alors que le village en possède une richesse grandiose, comment faciliter la réussite au village ? Nous appelons ainsi les Bakassa de près ou de loin a ce rejoindre à nous pour que nous puissions tous ensemble trouver un futur portant de notre village.  

L’objectif principal des colonies de vacance est d’interpellerles fils et filles Bakassa, actif ou non de l’importance de son village. Il s’agira de manière concrète de:

✓ Vulgariser et sensibiliser la population originaire du village Bakassasur la richesse de ses valeur culturelle ;✓ Promouvoir le développement de la localité Bakassa notamment à travers le renforcement du capital humain gage du développement durable ;✓ Mettre en relief le potentiel touristique du village Bakassa;✓ Réunir indépendamment de l’espace et autour d’une même table les filles et fils Bakassa à l’effet d’une parfaite symbiose;

Les colonies de vacances 2016 au village Bakassa s’adresse à tous ses ressortissants indépendamment de leur lieu de résidence de leur sexe de leur statut social de leur âge et de leur lieu de naissance. Que chacun se sente impliquer via son cordon ombilical et que chacun se dise qu’en 365 jours, je peut prendre un congé de deux ou trois jours au village pour mieux discuter avec mes frères et avec les ancêtres.

Pour réussir cet événement comme par le passé le besoin de financement est indispensable pour la réalisation de différentes activités prises en compte d’où ce plan non détaillé de financement

 

éléments

quantité

couts

 

Transport aller-retour

100

3500*2= 7000f

700000f

nutrition

100

/

1200000f

Loisir/distraction

/

/

400000

investissements

/

/

1000000f

Santé/éducation

/

/

500000f

total

/

/

 

3800000f

 

Ce tableau, nous indique plutôt les chiffres en gros, mais nousavons pour prévision 100 personnes pour deux semaine au village bakassa pendant les deux semaines, plusieurs activités sont pris en compte dans notre cahier de charge qui ne sont pas détaillés dans ce tableau mais qui seront bien pris en compte lors de l’événement tel que  

-achat et flocage des tricots

-achat de matériaux pour plomberie qui permettra âpres notre départ a la population d’assurer efficacement la maintenance de notre château 

- achat des matériels pour l’investissement humain et le nettoyage de la place public

-achat des équipements de sport 

-Achat matériels pour besoin de la santé et des dons à faire a l ‘hôpital

- et bien d’autre qui sera justifié dans le bilan final de notre projet……….

 

                                    « Tous ensemble pour le développement du village bakassa »

 

 --------/-----------/--------------/----------/-------

 

Chargé du projet ​le président exécutif

NGASSI Athanase​           DJOMENI Olivier

                                                       COLONIE BAKASSA 2016​Page 5

 

 

Madame/Monsieur……………………………………………………………………….

 

Le Cercle des jeunes solidaires Bakassa du Cameroun organise dans le cadre de ses festivités culturelles, une colonie de vacances qui aura lieu du 30 juillet au 13Août 2016 à Bakassa, cérémonie au cours de laquelle plusieurs activités au bénéfice des œuvres sociales profitant à notre communauté…


A cet effet, les jeunes solidaires Bakassa du Cameroun que nous sommes, sollicitent votre contribution en qualité de mécène que tous vous reconnaissent, à la réussite de cet évènement;

Cette contribution multiforme attendue de votre part boostera à coup Sûr l’organisation et surtout la réalisation de nos projets sociaux ;

Vous trouverez en annexe le bulletin de contribution

Veuillez croire, Monsieur, à l’expression de nos sentiments les meilleurs.

 

Le chargé de Projet                                                                             Le Président Exécutif

Athanase NGASSI                                                                               Olivier DJOMENI


--------/-------------/-------------/------------------/--


REPUBLIQUE DU CAMEROUN                                                              REPUBLIC OF CAMEROON

    PAIX-TRAVAIL-PATRIE                                                                        PEACE-WORK-FATHERLAND

      ---  ---  ---  ---  ---                                                                                          ---    ---  ---  ---  ---  

                                

   Rapport des colonies des vacances 2015 

 

Sommaires

I- Préambule
II- Travaux à Effectués
III- Visite et Excursion
IIII- Activités Culturelles et Educatives
V- Activités sportives
VI- Constat Nécessitant l’Intervention Rapide
VII- Remerciements

 

 

I-Préambule

 

Comme prévu, nous quittons Douala ce 01/08/2015 aux environs de 07 heures du matin au foyer Bakassa de la cité sic,  avec une forte  délégation de près de 50 personnes à bord d’un coaster de l’agence NKONGSAMBA Express notre transporteur.

Malgré les tracasseries routières, le voyage a été mouvementé par des chants, des petites histoires et blagues ; tout était prévu pour que nul ne soit affecté par le stress, aussi faut-il rappeler que chacun avait déjà l’esprit tourné vers l’accueil qui nous avait été réservé au village. Rendus à Bafang après plus de 3 heures de voyages, nous retrouvionsd’autres personnes venus d’autres coins avec un sentiment de joie et comme à la coutumé, nous avons d’abord fait le chaud comme pour dire que les dignes fils Bakassa sont de passage pour le village avant de se mettre en cortège. Accompagné des motos taxi de la ville qui annonçaient notre passage par des klaxons et alarmes, le cortège a fait  escale  à la chefferie avant de continuer pour le centre du village.  Accueilli par la population placée le long de  la route et qui était vêtu des tenues d’association. Ce fut un moment de joie puisque, comme l’arrivé d’un grand roi, la population chantait et dansait au rythme du tam-tam et balafon. Aussitôt que nous sommes descendus du bus, même la pluie était déjà au rendez-vous. Même pas le temps de saluer les uns et les autres, nous nous sommes mis aussi à danser, à chanter, à festoyer. C’est bien après cette phase que nous nous sommes entretenus avec la population pratiquement une heure de temps. Le temps de leur expliquer le but de notre présence à Bakassa, le but des colonies de vacance et le rôle que peut jouer les colonies dans le développement de notre village. Apres  les échanges, nous avons passé la parole au représentant du chef qui a juste signalé le geste fort que nous avons entrepris et que le geste est salué et encouragé par les autres. Apres le représentant du chef, fut le président d’honneur qui pour lui était vraiment surpris par l’accueil réservé par la grande population et qu’elle doit juste soutenir les enfants dans leurs idées  qui est celle du développement présent et futur de notre localité. Apres le président d’honneur, le président de comité d’organisation à amorcer le programme des activités au courant de notre séjour. Apres cette série d’intervention et comme tout événement qui commence bien, nous avons eu droit à un  casse croûte avec la population c'est-à-dire  prendre un morceau de pain accompagné avec une petite bouteille de jus. C’est par là que nous sommes séparés de la population, le temps pour nous de regagner le quartier général et de rangers nos effets et planifier l’ensemble du programme.

 ​Dès le dimanche à 6 heures nous débutons  par une marche sportive  quittant la place du marché pour la chefferie. Comme un exercice de lutte contre le diabète et l’AVC, parents et enfants sont sortis massivement. Cette marche à été pleine de surprises car, les mamans de plus de 75 ans ont répondu présentes. Marche  dont le chef et ses femmes ont prient part : c’est la raison de plus que le chef nous fait comprendre qu’il était obligé de changé son heure de réveil  pour porter lui-même son polo de la colonie symbolisant ainsi son soutien à cet événement et qui, d’après lui, ne croyait plus vivre une édition de colonies de vacances. 

Apres la marche, nous avons eu juste quelques heures de repos pour  lancer avec l’ouverture du match de foot et hand. Le  Hand Ball opposant les jeunes filles venant pour la colonie aux mamans du village, matchs très animé car mous avons revu nos mamans dans leur 15 ou 20 ans. A l’issue de cette rencontre les mamans ont dominé les jeunes filles  sur un score sans merci de 11-4. Il faut rappeler ici que ce maths était préparé par les mamans du village avec des séances d’entrainements chaque dimanche ayant formée différentes équipes dont le fruit a été ce large score. 

Apres le Hand Ball, la population s’est dirigée vers la grande pelouse de tuh back pour une rencontre de foot opposant les jeunes de colonie aux vétérans de Bakassa match dont le coup d’envoie a été donné par la gardienne de l’équipe de hand Ball de Bakassa maman MOUMENI Collecte et dirigé par le président d’honneur des jeunes Bakassa du Cameroun monsieur SIEWE Joseph. Ce fut   un match aux grands enjeux car  une équipe de vétérans très soudée dans le besoin de redoubler sa victoire comme l’année dernière qui s’est trouvé face  à une équipe de colonie qui avait soif d’une victoire afin de vaincre sa défaite face aux mêmes vétérans. Ce match s’est soldé  par un score de 2-1. Et c’est par ce grand match que se termine la journée de dimanche. Le temps pour nous de disputer avec nos confrères du village qui son eux aussi très actifs dans l’événement, nous entretenir  en qui concerne  des travaux a effectués durant notre séjour au village  selon la nécessité et la gravité

 

II-Travaux  Effectués

Les travaux proprement dite ont commencé le lundi 03/08/2015  par une visite à la chefferie Bakassa, laquelle visite était ponctué par deux points :   une séanced’investissement humain suivie d’un entretien avec le chef.

​Arrivé à la chefferie à 8h20, nous avons été reçus par l’une des femmes du chef, pour nous conduire vers la parcelle à défricher indiqué par le chef. Les uns munis de machettes et les autres des houes, nous nous sommes livrés à un galop d’essai puisque cela faisait plus d’un ans qu’on ne s’était livré à cet exercice. Apres près de 4 heures de temps de travail,nous nous sommes dirigés vers la cours royale pour bénéficier des précieux conseils  de notre roi. Y étant, il n’a pas avalé sa langue pour dire toute sa satisfaction et dit être surpris par notre engagement et la détermination qui nous anime et qu’il salut particulièrement le président SIEWE et l’ensemble des membres qui soutiennent le projet. 

Le lendemain, reparti en deux groupes dont une très grande équipe  vers le château  et une équipe plus constitué par les techniciens vers la place des martyrs, nous nous sommes très engagés pour les travaux dont la nécessité se faisait sentir ; c’est à dire implanter le grand chantier une nouvelle forme à notre monument et vaincre le fameux problème d’eau au village.

Au niveau du château il nous a fallu trois jours d’intenses travaux pour pouvoir résoudre le problème d’eau dans notre village. Le tout premier a été une visite d’étude pour déceler le véritable problème, lors de cette étude nous avons constaté que le grand captage ravitaillait normalement le château en eau mais, le nouveau dont le comité de développement a construit est vraiment sans importance pour résoudre le problème d’eau dans notre village car ce captage a été construit sans étude au préalable. Nous avons eu un constat sur ce captage en trois jours des travaux, il était toujours bouché malgré les efforts au point que nous étions obligé d’apporter notre touche provisoire pour qu’il essaye au moins de ravitailler le château en attendant que les travaux soient normalement effectués.

L’autre constat est celui de l’anarchie dans le branchement au réseau par de la population suivi d’un manque d’entretien. Nous parlons avec des exemples car, après que nous ayons déscellé le problème au niveau du château, il était impossible de faire 100m sans trouver un tuyau d’eau cassé etc’est ainsi que partant du château nous avons dénombré plus de 15 zones de fissure sur le tuyau principal et 20 sur les tuyaux secondaire ce qui représente déjà un grand problèmepour le village. Nous pensons que ceci  devrait être  le tout premier travail à faire par le comité de développement. Il faut rappeler ici que ce travail a été fait avec le concours des techniciens qui se trouvent au niveau du village comme plombier a savoir papa tagni TCHOUASSI et notre frère plus connu sous le nom Grand MAYE .

Aussi, pour prévenir d’éventuelle sécheresse futur, nous avons également planté un peu plus loin de nos captage du rafia. Ce qui nous a motivé est qu’à tout endroit où il y a un champ de rafia il ya de l’eau en permanence et l’expérience étant prise au niveau du captage qui alimente le château de l’université de Dschang.

Toujours dans le sens des travaux nous avons effectués des nettoyages des bordures des routes principalement sur les deux axes principaux qui mènent au village a savoir l’axe toula et axe banfeko ainsi que les voies secondaires des différentes quartiers du village. Mais un seul constat est le suivant sur la voies principal goudronné par Papa MOMKAM Pascal il est à noté que les propriétaires des champs en bordures de routes ne mènent aucun effort pour rendre cette    route propre vous ne pouvez croire que les mamans peuvent cultiver et les déchets sont reversés plutôt sur le goudron dans la rigole en empêchant ainsi l’eau de circuler normalement ce qui facilite la dégradation rapide de notre goudron. Mais à notre niveau, nous n’avons pas manqué de les  sensibiliser la population sur ce genre de comportement qui ne profite en rien au développement ; c’est ainsi que même le chef a été ferme en rassurant que ce genre de comportement est àsanctionner avec de la dernière énergie.

Aussi le pont chi-poutcha qui est très prisé par nos parents pour se rendre dans les quartiers TCHAP, DOUMGA et autres n’a pas été laissé aux oubliettes. Il faut ainsi dire quec’était aussi la cible de notre activité car, comme le carrefour, plus de 50 personnes empreintent ce pont chaque  jour. C’estla raison pour laquelle, nous avons pris du temps pour le drainer, nettoyer les bords au point que le véhicules a deuxroues  circulent librement. Nous pouvons voir comme  exemple monsieur TCHEUMAGOU Laurent dit le grandBOLO qui passe facilement avec sa moto et tout son chargement du retour de DEUGEN.

Pour continuer notre travail dans le domaine de l’investissement nous avons pris la peine de parcourir l’ensemble des quartiers du village pour déceler le manquement en termes de lampadaire. Déjà nous avons remplacé au total 15 lampes dans l’ensemble pour que toutesles rues du village soient éclairées.

En fin pour faire parler de notre génie et la motivation que nous avons pour notre village nous avons décidé avec le chef et notre président d’honneur de faire renaitre notre monument. Le chef puisqu’il est le garant de la tradition et une place comme celle des martyrs nécessite son autorisation pour effectuer un tel travail. Nous nous sommes préoccuper de cette place des martyrs parce qu’elle représente une page de l’histoire de notre village et, une telle place méritait plus de sérieux et de respect. Pour nous, ce monument n’exprimait pas ce qu’il devrait être. Plongé dans le noir total, il était question pour nous de faire de notre mieux pour lui donner une autre image, c’est la raison que nous avons décidé de l’éclairé au maximum. Et ce travail est l’œuvre de plusieurs techniciens des nôtres à savoir les maçons, les menuisiers, les électriciens et bien d’autres…  pour arriver à ce joillaux architectural : lespoteaux décorer en son genre unique partant en son chapeau une boule portant elle une ampoule électrique, ce décor donne dans la nuit une image inédite. Au total onze poteaux pour l’ensemble du monument et son jardin avec des prises sur chaque poteau facilitant toute personne nécessiteuse de charger leurs appareils tels que le téléphone portable, les torches rechargeables etc… sans plus demander l’aide de quelqu’un. Aussi, un banc banc public de nouveau pour se reposer et profiter de la fraicheur donnée par la falaise du village, ce qui attire l’attention des uns et des autres et l’image de ce monument rehaussée. C’est ainsi que le chef nous a fait comprendre que lui dans ces différents voyages n’a vu ce genre de place qu’en Afrique du sud plus précisément àJOHANNESBURG. Ainsi, ce nouveau décor rehaussera  aussi la mémoire de nos dix-huit hommes où qu’ils se trouvent aujourd’hui car  ils sauront que nous pensons à eux et, ils reposeront en paix dans la lumière et non dans la pénombre.  

  

III- Visite et Excursion

​Dans le cadre de la visite et excursion, nous n’avonsvraiment pas donné plus de temps cette année vu le degré des travaux à effectuer.  C’est ainsi que les lieux visités ont été la forêt sacré dit tap ke sieu, la chute chi hou et à l’hôpital des Bakassa. Mais le constat est que les deux premiers sites visités étaient dans le cadre de loisir de divertissement. Mais la forêt sacrée d’apres le chef est un lieu ou ne devons prêter beaucoup d’attention et de respect. Par contre la visite de notre hôpital était plus axé sur le fonctionnement de la structure et déceler aussi les manquements.

​Pour le fonctionnement il possède une infirmière et un aide soignant qui forment le personnel de notre centre de santé qui travail aussi à leur niveau pour satisfaire les malades qui viennent pour les soins de premier nécessité. La bonne nouvelle pour notre hôpital est que les femmes enceintes accouchent sans problème plus de 20 cas déjà.

En terme de manquement le constat est le même que l’année dernière rien n’a vraiment changé pour cet hôpital que ce soit les anciens lits de plus de 15 ans d’âge  hors utilisation venant de l’hôpital de Bana au total 5 que profitent nos patients dans notre centre de santé.  Parlant des toilettes le centre est construit sur une norme ultra moderne mais les usagers n’en bénéficient pas de toilette car tous endommagés pas les fissures et les trous de rats et aussi le problème d’eau quin’alimente pas le centre  car les tuyaux PVC qui l’alimentent aussi endommagés. Bref, l’ensemble du système de branchement interne nécessite la présence d’un plombier qualifié.

Pour conclure, nousdevrons vraiment prendre en considération les études réalisées par monsieur NGOUABE Romain , études qu’il a mené dans le sens de trouver un médecin chef, un laborantin  et quelques infirmiers diplômés  pourdonner des soins de qualité et ceci à un moindre coutsupporter  pour la population Bakassa du monde entier.   

 

IV- Activités Culturelles et Educatives 

Les colonies des vacances sont aussi un moyen de transmettre des connaissances. Sur le plan éducatif nous avons deux exposés. Le tout premier présenté le jeudi 06 avec comme paneliste YOKAM Henry et NGASSI Athanase sur le thème « importance de l’école pour la réussite de l’Homme ». Exposé a débuté a 18h30 et s’est achevé à 21h45 pratiquement plus de 03h de temps tout simplement parce que la salle du repos de guerrier était pleine par les enfants et les parents. Motivé de suivre les exposants et aussi  de poser des questions que nous avons recensé certaine : 

- La première était posée par une jeune dame qui habite le village dont le nom nous a échappé,elle voulait savoir pourquoi monsieur YOKAM à signaler qu’il ya pas d’âge  et qu’il n’est jamais tard pour aller à l’école vu qu’elle a eu son BAC  C en 2000 quant elle avait 16 ans, mais depuis elle n’est plus jamais aller à l’écoleet aujourd’hui elle estmère de trois enfants.- La deuxième posée par monsieur NGOUADJE, un jeune débrouillard du village qui a cessé de fréquenter en classe de première après avoir échoué à deux reprise le probatoire. pour lui ilvoulait savoir si c’est n’est que par la voir de l’école que l’homme peut réussir, puisqu’il connait un papa qui nourrit une famille de sept personnes avec sa moto et dont trois en faculté ? question répondue par une jeune demoiselle au non de NGOUNOU Darolle qui vienne de décroché son probatoire A, d’après elle l’école est la voie la plus sure même si lé diplôme n’est pas toujours le gage d’un travail décent. Elle insiste en disant que cemonsieur devrait être un retraité.

C’est ainsi que nous étions dans un débat d’échange et partage qu’une dernière question posé en ce moment un clan de jeunes ayant eu leur probatoire sur le choix de leur  filière  après le bac, question qui correspond directement ànotre deuxième thème d’exposé prévu le mardi 11 aout  pratiquement à la même heure mais qui a duré moins que le premier soit 02h25. Ayant pour panéliste PEGOUE Pangol,étudiant en science économique, YOKAM  Henry et NGASSI Athanase. Pagnol fut le tout premier intervenant qui définisse en premier ce que c’est l’orientation, pour le choix de la filière. il prend l’exemple sur son camarade de bac avec qui ils ont commencé la fac qui en trois ans s’est retrouvé toujours en premier année  puisque le choix a été de suivre ses amis en biochimie.  Il s’est même retrouvé endeuxième année science économique pour finir par faire géographie ; propos soutenu par d’autres panelistes.

Pour conclure, le message a été de faire comprendre que le choix de la filière doit être d’abord personnel selon ses atouts, ses aspirations et la porté de cette filière sur le marché de l’emploi ainsi que les perspectives d’avenir deson choix et non le choix par apport aux amis et d’autre pression familiale .

Pour donner plus de son et de couleur à cette colonie, il était organisé chaque soir dans la grande salle du Bar « le repos du guerrier » la kermesse aucours de laquelle était organisé plusieurs jeux : le concours de feefè, les questions réponses, concours de danse, les toni toni ; skech et autres dans le but de sensibiliser et d’animer le village avant 22 heures, heure de retour au QG. Mais la grande motivation de cette année  était la mobilisation de nos mamans au village pour mettre le show chaque soir avant de laisser la piste aux  enfants.

Le show qui commence par les femmes de jeunes ménagères du village avec un programme de la soirée très serré partant de l’hymne des jeunes ménagères , aux différentssketch , interprétation et récit, les femmes très engagées avec des connaissances multidimensionnelles  : ce fut par exemple maman MOUMENI Collecte qui nous a  essoufflé avec son poème ayant pour titre « Douala » qui, malgré étant au village, nous décrit avec exactitude Douala et ses quartiers jonchés de nids de poule, des point de bouchon, des restaurants tourne-dos, des tas d’ordures de gueto par endroit, mais aussi des quartiers haut standing avec des immeubles. Dans ce récit qui a arraché des tonnes d’applaudissements, chacun s’est senti comme sur le terrain à cet instant. Aussi maman NGUEGWAElisabeth qui nous a interprété le morceau de BEKO SADE dans son titre   « les refugies », ce qui nous a rappelé la belle époque, maman NGOUKOU julienne qui interprète le morceau de ALTCHENGO dans son titre «  pou gou fat »… ainsi bien d’autre .

Apres les femmes ménagères, nous avons eu la visite desfemmes pouatcheu et tchap qui ont animées la soirée jusqu'à 23h30 heures où les deux présidentes se sont prononcées pour le mot de fin tout en restant toujours dans l’idée d’encouragement et de persévérance malgré les handicaps quenous rencontrons.

Ainsi suivra la visite de la grande famille kotcha qui nous ont situé sur l’historique de ce quartier. Selon eux, le tout premier chef natif de ce quartier fut le roi feu kweko et c’est apres lui que viennent les autes et c’est par la qu’une maman nous a vraiment expliqué la provenance de la devise des kotcha a savoir « sah siè-- ghou biè tiè » : sah siè parce qu’ellevienne de là c’est une population radicale dont leur racine vienne de là et non de nul part.

Et en fin dans le cadre de la visite des parents nous avons eu la visite des Femmes dynamiques, femmes meyaNzeme et groupe laali. Journée tellement animé par des danses traditionnelles dont maman Rose NGOUEKO nous a chanté la danse de Nzeme et comment danser vu que les pats de danse sont vraiment différents des autres. Comme nous l’avons dit plus haut après les parents suivraient les enfants dont certains nous marques par leurs engagements tel que le petite Charronne, Emilienne, le petit Michel et bien d’autres  pour leurs façon d’animer en leurs manières les soirées par des interprétations des récits, sketchs  les toni toni et le dialecte parlé pratiquement tout les soirs avant de retourner à 23h aux QG.  

La Soirée Traditionnelle et Gala 

Depuis notre mouvement de colonies de vacance de retourl’année dernière, nous avons institué une soirée avant la clôture de notre événement, soirée au cours de laquelle nous renouons avec notre culture.

Cette année encore, parents et jeunes ont massivement répondu présent. Chacun vêtu en sa manière en tenue traditionnelle : le Kaaba pour les femmes, les gandouras, les chiechards, les perles , tous étaient comme des « jeunes notables qui envahissent la place du marché » a rétorqué une femme venu en réunion au village ce jour et qui n’était pas au courant de l’événement. 

Ce fut encore une fois de plus pour nous l’occasion de mettre sur table des sujets dont nous ne maitrisons pas toujours la quintessence et de discuter avec nos parents et notables : à la question de la hiérarchie des titre octroyé à la chefferie, le micro a été, passé aux notable présent. Le jeune notable NSOH KAMENI a pris la parole d’abord pour signifier que les titre ne se donne pas au hasard :

- le NZE et le NZè, les plus grand sont octroyé à ceux là qui non seulementont combattu pour la cause du village, mais aussi qui ont une grande famille, de nombreux enfants, qui ont une certaine grandeur et notoriété et qui n’attendent plus que pour manger ; d’ailleurs « NZE » signifie en français manger. - LeNZEGOUA est un frère du chef qui a même d’ailleurs discuté le trône avec lui et que vaincu, il bénéficie de ce titre en compensation.- Le MIAFEU, toujours un proche du chef qui a beaucoup combattu pour la cause du village- Le WAMBE est octroyéa quelqu’un soit qui a construit une très grande maison au village et qui se bat pour rassembler la population- Le NSOH, titre de bravoure pour récompenser un travail abattu dans un domaine- Le NTI est le titre donné à ceux là qui aident lapopulation dans le traitement à base des plantes naturelles.- Le MBU POO : selon les explications reçus, c’est un titre sollicité par un notable à un de ses frères qui a les moyens et qui soutien la famille dans tous les plans. « MBUPOO » signifie levé la main

Après son brillant exposé qui avait capté l’attention de tout le monde, le Notable NTI POUAHA, lui aussi surpris par l’évènement a pris la parole d’abord pour remercier ses initiateurs, et après il martèle que le savoir  ne peut se transmettre  si on ne la diffuse pas et un évènement comme celui-là est le véritable forum de partage de ce genre de savoir. Il finit par dire qu’en ce qui le concerne, il a hérité son titre de son père et qu’en réalité, il ne métrise pas bien l’historique des titres.

Après cette première, il a encore été posé la  question de savoir pourquoi est-ce que de tout les chefs qui sont passé à la tête de chefferie  BAKASSA, le nom du chef Fu TIENTCHEU revient presque à chaque  à chaque moment ?

A cette question encore, NSOH KAMENI nous rappelle que Fu TIENTCHEU a été un grand guerrier qui a su implanter ses enfants et les notables dans les coins stratégiques du village pour prévenir l’attaque de l’étranger. Il nous rappelle que ce même chef a été appelé au secours par le peuple BAHAM qui avait été envahi par  BANDJOUM et c’est grâce à lui que ce village a pu rentrer en possession de son territoire.

D’autres sujets comme l’histoire des martyrs, et bien d’autres ont été aussi débattu. Mais et comme disent les journalistes, nous avons aussi  mis les petits plats dans les grands, la soirée étaient  riche en mets traditionnels : le kondrè à        la viande de chèvre, le gâteau de mais bien connu sur son nom de tenu militaire, la gâteau de patate, le macabo de Kotcha râpé  avec la sauce blanche et du champignon, chacun se servait à sa guise au prix symbolique de 500F accompagné du vin blanc cueilli fraichement à DUCO.

En somme, tout était prévu pour rendre cette soirée en véritable soirée traditionnelle mouvementé par des danse folklorique ; le TAKAM II, le SAINT BRUNO ou bien les sketchs et interprétation servis par nos mamans.

A l’issu de cette soirée, l’argent collecté sur la vente de ces plats a servi à nous procurer de la peinture à huile pour raviver les écritures gravés sur le monument des martyrs et ce fut un moyen de participer en notre manière à la pérennisation des âmes de ces martyrs. C’est au environ de 1 heure du matin que le rideau s’est refermé sur la soirée et tous les regards étaient d’ors et déjà tourné sur la soirée de gala.

LA SOIREE DE GALA

Contrairement au vocable soirée, les activités de clôture des colonies de vacance  étaient basées sur toute une journée.

Tout a commencé par la finale du mini tournoi organisé à cet effet. Matchs qui opposait les jeunes colons aux vétérans de BAKASSA et à l’issu de ce matchs très riche en spectacle,  les jeunes colons ont imposé la force de la jeunesse aux vétérans sur un score sans appel de 2-0.

Après la phase du stade, tous se sont rués vers la place des martyrs : les parents dans leur différent uniforme d’association, les gens allaient de tous les sens pour attendre l’arrivée du grand roi, les uns bénéficiaient déjà du bon décor orchestré par l’éclairage, œuvre déterminante des colonies 2015 en prenant des photos. C’est aux environs de 16h 30 que le klaxon du véhicule marqua la fin de recréation comme pour signifier l’arrivée du chef. Accueilli par le président d’honneur et le président du groupe CEJESBAC sous les pas de dense du MAJON LAALI, il fut aussitôt installé à la tribune d’honneur aménagée à cette circonstance. Sans plus tarder, la soirée a continué par une série de discours : en premier le président du comité d’organisation en la personne de  NGASSI Athanase qui a rappelé le travail abattu pendant les deux semaines et ce sur la satisfaction de toute la population car à ce jours murmurait tout le monde, le problème d’eau était devenu un mauvais souvenir et le carrefour  prenait l’allure d’un « petit Paris » avec les jeux de lumière réalisé par  les colonies 2015. Après lui ; le président national du groupe CEJESBAC en la personne de DJOMENI Olivier  a lui aussi pris la parole pour invité tous les jeunes, où qu’ils se trouvent, à rejoindre le groupe parce que, dit il, CEJESBAC est représenté à Douala, Yaoundé, Bafoussam  et d’autre villes sont en cours.

Le parrain de l’événement en la personne de WAMBE NSOH SIEWE Joseph a aussi pris la parole pour dire aux jeunes que son souci était de rassembler afin d’inculper à la jeunesse le vouloir aimer son village. Il promet de ce fait que lors de l’édition 2016, plein d’autres choses comme le prix d’excellence scolaire, la miss et master colonie seront organisés tout en gardant un regard sur la langue maternelle.

Après son allocution, le moment était venu de remettre les différents trophées aux gagnants : les femmes du village qui ont imposé leur force aux jeunes filles de la colonie, les trophées  « vieux WENKAM » remis aux vétérans, le trophée « WAMBE NSOH SIEWE » remis aux jeunes colons et le trophée spécial représenté par le cheval remis par WAMBE NSOH SIEWE au chef supérieur pour magnifier sa bravoure.

Il n’y avait pas que les trophées parce que notre jeune frère connu sous le nom de vieux WEKAM avait aussi prévu des jeux de maillots au groupe Ben Skin du village BAKASSA centre, au groupe MAJON de BAKASSA centre et de Douala. Enfin les diplôme d’honneur prévu par le groupe CEJESBAC à toutes les associations du village qui se sont engagées pour la réalisation de cet événement.

Après cette série de remise, ce fut le moment de dérouler le tapis rouge au grand roi sa majesté NGAKO Sébastien qui dans son discours commence par demander à la population BAKASSA de cesser le commérage et de soutenir le développement ; il demande aussi aux jeunes de ne pas céder à la facilité  de travailler dur à l’école afin de mieux réussir car dit-il « seul le travail peut élever un homme ». En bref il demande de ne jamais divorcer avec sa langue maternelle qui est le support de notre tradition.

Fini dont les séries de discours avec l’intervention du chef, le moment tant attendu, c'est-à-dire celui de l’inauguration du système d’éclairage du monument et de la place des martyrs, était arrivé. Accompagné par le staff et sous le champ de la population, le chef se dirige vers l’entrée du monument où était noué un ruban symbolique sur lequel pendait une branche de l’arbre de paix. Muni d’une paire de ciseau, sa majesté amputa la parti qui supportai l’arbre de paix et imbibe  cette branche dans une cuvette contentent de l’eau béni et pour asperger sur les boules qui, avec l’obscurité, retentissait un sentiment de joie. Il faut rappeler que ceci était amplifié par le son de la danse MAJON.

Comme tout évènement qui finit bien, la population a eu droit à un petit cocktail. Quand au chef et sa suite, un petit buffet leur était réservé au quartier général des colonies. Le lieu aussi n’était pas choisi au hasard puisque ce fut un honneur pour nous de nous retrouver dans notre propre demeure pour communier avec notre roi. Encore rappelle-t-il au moment du repas que le village était en fête ce soir et que le plus urgent reste le foyer, lieu pouvant accueillir ce genre de manifestation.

   

 

  

 

 

 

V- Activités Sportives

​Pendant la colonie était organisé un mini tournoi de foot et de hand et  dont les rencontres étaient programmées aprèschaque deux jours en fonction des disponibilités.

​Le hand était formé de cinq équipes à savoir  les femmes tchap, femmes meya zeme, femmes jeunes ménagères,femmes dynamiques et les filles de colonie. Un championnatau grand dont la finale a opposé la coalition des équipes du village face à la redoutable équipe de colonie. Il faut rappeler que ces femmes n’ont pas donné du lait à ces enfants et ont remporté par un score de 14 -8 .il faut aussi dire qu’elles ne voulaient pas laisser partir les plus joli trophées réservés à cette circonstance à savoir le trophée wambe soh siewé et celui de vieux wekam un grand frère du village qui vit en France et qui participe à sa manière au développement.

En ce qui concernait le foot, il y avait au total trois équipes vu que le nombre de jeunes au village est vraiment réduit et ne pouvant pas faire plus de deux équipes. Ce qui nous a permis de jouer un championnat en aller et retour dont le champion qui était l’équipe des vétérans était d’office qualifié pour lafinale en attendant  le vainqueur entre la rencontre qui devrait opposée les jeunes du village à ceux de la colonie aussi solide. Match très engagé et qui a nécessité  la séance de tir au butséparer les deux équipes après un score de parité 2-2 en coursdes 90 min de jeux. Mais, le destin ayant choisi l’équipe de colonie, s’est retrouvé en finale avec les vétérans aussi trèssoudé mais, ne peut absolument faire face a la redoutable équipe de colonie qui gagne la finale par un score de 2-0 et remporte le grand trophée du tournois remis par le président d’honneur.

La grande surprise de la colonie de cette année est aussi le trophée en  bronze de la forme d’un cheval que remet le président d’honneur au chef pour qu’il soit en forme pour soutenir le village. Ce cheval qui signe la force pour notre chef qui ne cesse de répondre présent malgré l’âge avancé àtoute cérémonie organisée dans son village surtout dans le domaine du développement ce a qui été ovationner par la population et très apprécier par le chef.  

 

 

VI- Constat Nécessitant l’Intervention Rapide  

​Avant tout constat nécessitant le besoin, nous devons saluer l’intervention de la diaspora qui a, elle aussi, compris la nécessité du développement de notre village à savoir la construction d’une toilette a l’école public et le ravitaillement de notre centre de santé en médicament. Constat que nous avons souligné l’année dernière dans notre rapport de fin des colonies de vacance. Ainsi pour cette année nous avons les mêmes constats en dehors de ceux amorcés par la diaspora.

​Sur le plan de la santé nous remettons sur la table le problème du personnel médical à l’hôpital et pour ce fait nous devrions prendre en considération les études faites par le CEJESBAC et notre frère NGOUABE Romain  qui invite les Bakassa à travailler en concertation avec papa MONKAM Pascal et les Bakassa de la diaspora pour renforcer le personnel médical, les matériels et équipement sanitaire dans notre centre de santé.

​Sur le plan de manque d’eau au village nous devons mettre sur pied un comité d’entretien du château fait de plus en plus des jeunes au village, mettre à leur disposition du matériel nécessaire pour qu’ils puissent en permanence nettoyer notre château d’eau. Le problème est le suivant le comité de développement doit prendre des mesures avec la population pour faire changer le tuyau galva qui conduit de l’eau en y mettant du pvc. D’ailleurs c’est le grand chantier que compte envisager le CEJESBAC et ses membres de soutien  l’année prochaine car il sera important de faire remplacer ce tuyau galva qui déjà totalement rouillé et qui est à l’origine de la typhoïde qui menace de plus en plus la population qui y réside.

​Sur le plan du développement culturel nous devons signaler que Bakassa a besoin d’un foyer culturel pour ses différentes activités tout comme dans les autres villages.

​Sur le plan général , nous avons noter la dégradation de route ici, avant tout intervention nous rappelons aux uns et aux autres de prendre conscience si non expliqué que chaque parent qui a le champs en bordure de route ne peut vraiment pas prendre la peine de nettoyer aussi les bords de la route mais, en revanche jette plutôt les déchets sur le goudron, rempli également la rigole au point que l’eau passe par la route facilitant ainsi la dégradation du goudron. 

​Toujours sur le plan général, nous notons le désintéressement du comité du développement pour des événements qui reposent sur sa responsabilité et qui ne mène aucun effort pour accompagner des actions envisagées par des jeunes pour  participer à leur façon au développement du village.

Au sortie de cette deuxième édition des colonies de vacance, ce que nous pouvons dire est que grande a été notre satisfaction pour la tenu de cet  évènement et nous ne cesserons de dire un grand merci à tous ceux qui de près ou de loin nous ont aidé à cette démarche. Mais ce que nous voulons rappeler à nos parents est que le village est en train de perdre de plus en plus ses valeurs avec sa jeunesse qui est en perdition. Il est temps de mettre un terme à ce désordre et de mieux réfléchir pour le futur. Si nous prenons un exemple tout près de nous avec l’affaire d’antenne de NEXTEL qui est placé sous nos yeux et sur notre territoire  et qui est revendiqué par Badoumkassa. Ce cas palpable nous interpelle et nous amène à nous questionner sur le sort de la partie du village non explorée et donc les limites ne sont toujours pas maitrisées par la jeune génération.

En plus, nous sommes tous témoins de la manière dont les choses sont organisées aujourd’hui en matière de développement, quand nous observons comment les élites d’autres villages font des efforts pour placer des jenes dans la fonction publique afin de mieux garantir l’avenir du village, nous nous posons toujours la question de savoir si Bakassapeut toujours résister à la montée en force d’autres villages.

Chers parent, frères et sœurs, nous vous prions de ne pas prendre ces mots comme une accusation, mais de le prendre dans un sens objectif car, si nous le relevons, c’est d’une part pour magnifier le vœu que nous avons de voir notre village émergé et c’est aussi un regret de l’état actuel de notre village.

 

             

             HISTORIQUE DU GROUPE CEJESBAC ET QUELQUES REALISATIONS

Après nos ainés qui ont fonctionné dans le CEJESBA depuis 2003 cette association a cessé d’exister jusqu’en 2006, année à laquelle nous avons pris les choses en main. Elle a existé 4 ans environs à Bakassa et comme nous tous nous avions eu le Bac chacun s’est déplacé pour la cause estudiantine. Retrouvé encore à Douala où nous nous sommes encore retrouvés, on s’est dit pourquoi ne pas continuer à se regroupe pour vaincre la galère des étudiants. Ce fut donc le moment de se regroupé sous le sigle de CEJESBAD et avec l’émergence, nous répondons au sigle de CEJESBAC.

Comme nos activités, nous avons organisé pendant deux années successifs des cours de remise à niveau au village et faute de soutien, nous étions obligé d’arrêter alors que nos cadets en ont bénéficié et d’autres continuent de nous réclamer. De nos jours et comme dit un dicton de chez nous « aux âmes bien nés la valeur n’attends point le nombre d’année », nous nous sommes contraints de laisser au bas de ce rapport nos œuvres depuis notre existence.

- Un champ communautaire de 1000 plantes heucaletuces crée en 2007 qui est un  bien du village mais qui reste et demeure la propriété de CEJESBAC ;- Un espace vert au niveau du marché qui embelli aujourd’hui la place des martyrs ;- Un babillard public ;- Deux bans publics de plus de six places assises chacun ;- 11 poteaux lumineux au alentour du monument des martyrs et plusieurs point de lampaders placés au village. 

 

 

VII-Remerciements 

Pour clôturer ce rapport il sera important pour nous de remercier tout ceux de prés ou de loin ayant participé pour que cette colonie 2015 ait lieu ainsi :

Nous remercions sa majesté NGAKO Sebastien roi des bakassa pour son soutien et sa présence tout au l’on de l’événement,

Sa majesté JIAGAM le chef pouatcheu pour tout son soutien et ses conseils vis avis des jeunes,

Le président d’honneur monsieur SIEWE Joseph dit bostogniainternational monsieur sans lui nous n’aurions jamais eu l’idée et les moyens de faire cette colonie des vacances monsieur dont nous devions saluer son courage et son engagement pour le développement du village bakassa,

Le groupe CEJESBAC DE douala pour tout sacrifice humain financier et matériel mise en jeu pour que cette colonie ait raison d’être dans notre village depuis plus de 22 ans,

A la grande famille bakassa de paris pour leur soutien tout leur moyens financier mis a notre disposition et aussi pour le flocage des t-shirts de la colonie,

A papa MOULOM Christophe manager de la Sté TSA (technologie système avancée) pour son soutien et son engagement à la jeunesse bakassa et aussi pour ses actions de développement,

A notre membre d’honneur NGAKO Alain manager de la Sté ABS (alu business services) pour ses encouragements et son soutien vis-à-vis la jeunesse bakassa et son engagement pour le développement du village,

Au cercle des élites bakassa de douala son tout leur soutien a toutes activités menées par les jeunes pour le développement du village,

A la grande famille bakassa de Londres pour leur soutien financier et aussi matériel a l’égard de la jeunesse bakassa et surtout pour leurs actions de développement,

A monsieur WOUALIEU Achille promoteur du groupe ACHILLE TELECOM pour son engagement et sa confiance a l’égard de la jeunesse,

A monsieur NANA Douglace promoteur du groupe Douglaceshopping pour son engagement et sa confiance a l’égard de la jeunesse,

Au monsieur YAPPI Bertrand promoteur du groupe génie construction pour son soutien et engagement,

A monsieur YOKAM Henry promoteur du groupe GEC (génie électrique et climatisation) pour son soutien et engagement

A la famille beu tchaffa représenté par monsieur adjudant NITCHEU  pour son soutien et son engagement visa vis des jeunes et, surtout pour sa grande salle qui a accueillir les activités de colonie,

Cejesbac
Cejesbac

 REPUBLIQUE DU CAMEROUN                                                              REPUBLIC OF CAMEROON

    PAIX-TRAVAIL-PATRIE                                                                     PEACE-WORK-FATHERLAND

      ---  ---  ---  ---  ---                                                                                       ---    ---  ---  ---  ---  

 
TABLE DES MATIERES

I- Objectifs des colonies de vacances 2015​

 

II- Problematique du developpement du village Bakassa

 

II-1- L’acculturation grandissante

II-2- L'exode rural accru

II-3-Processus de décentralisation du développement​ 

 

III- Quelques voies de solutions

 

IV- Colonies de vacances 2015 

 

IV-1-Contexte des colonies

IV-2- Cible de l'événement

IV-3- Planning des activités

 

V- Prévision financière

 

I - Objectifs des colonies de vacances 2015​

 

L’objectif principal de la cérémonie est d’interpeller les fils et filles Bakassa, acteurs du développement du village Bakassa à se mettre tous ensemble afin de réaliser ce rêve qui leur est cher. Il s’agira entre autres de:

✓ Réunir autour d’une même table les filles et fils Bakassa du terroir et de la diaspora pour une parfaite symbiose ;✓ Valoriser et sensibiliser la grande communauté des dignes fils et filles originaires du village Bakassa sur la valeur de sa richesse culturelle ;✓ Promouvoir le développement du village Bakassa notamment à travers le renforcement des capacités humaines gage du développement durable ;✓ Mettre en relief le potentiel touristique du village Bakassa.

 

II- Problematique du developpement du village Bakassa

 

II.1- Problème de l’acculturation grandissante

 

Nous constatons de plus en plus que la culture est sans cesse en déperdition surtout pour ceux qui restent en ville au profit  de la culture occidentale. Le constat montre que très peu de personnes s’exprime en langue maternelle. Ainsi sur 100 Bakassa, moins de 10 s’expriment normalement en langue maternelle ce qui est un frein pour ces personnes en particulier et pour le village Bakassa en général. De plus très peu sont ceux qui savent faire des mets traditionnelles ainsi la pratique des coutumes qui nous sont propres, ce qui ne nous avantage en rien. Nous constatons aussi et avec beaucoup de regret que certains  secteurs du village tel que  la forge de Pouatcheu, la richesse alimentaire de kotcha  pour ne citer que ces deux là sont presque éteintes.

Le secteur de la forge de Pouatcheu qui regorgeait tout un arsenal de  forgerons  réputés dans tout l’arrondissement de Bana voire toute la région de l’ouest ne fait plus que l’ombre de lui-même. La grosse inquiétude est celle de savoir que devient ce secteur d’activité ?  Quel sera le devenir de l’héritage à nous  légué par nos parents si nous ne sommes pas capables de pérenniser leur domaine d’activités ?  Mieux encore ou allons nous lorsque notre héritage culturel est abandonné au détriment de la recherche effrénée du bien être dans les grandes villes ? Enfin que faut-il faire pour contrer ce fléau qui ne cesse d’entacher notre développement ?

Le secteur kotcha qui autrefois était le grenier, où la grande population du village Bakassa puisait  leur ressource alimentaire en grande quantité, est aujourd’hui  abandonné à la merci des arbres et des animaux féroces. On est donc en droit de se poser la question de savoir, Que devient la culture du macabo source de réputation dans cette partie du village ? Où en est-on avec la culture des noix de palme et la chasse des gibiers ?  La chasse de grenouille est elle encore possible ou pas ?

 

II.2- L’exode rural accru

 

Nous constatons que des jeunes quittent de plus en plus le village pour la ville à la recherche du travail ou du bien être alors même que le village a besoin de ces jeunes. Il est très regrettable pour nous que la jeunesse qui est le fer de lance pour le développement soit en déperdition à cause de la recherche sans limite d’un bonheur qui lui est très proche. Face à cette situation il est difficile de répondre à la question de savoir : Que sera  donc Bakassa dans un avenir proche (2020)? Et dans 20ans alors? Que deviendront  les structures scolaires, hospitalières et religieuses Bakassa sous le coup du manque de la diminution de la population ?

Si nous prenons un exemple avec l’écoles primaires, il apparait clair  que le nombre d’élèves est passé de 60 en 1995 a une dizaine en 2013, de l’autre coté le nombre moyen habitant s’est presque réduit de moitié pendant la même période. Posons-nous la question à savoir comment faire vivre le village avec sa population autochtone qui migre toujours vers la ville à la recherche du travail. Et, pourquoi migrer toujours vers les villes  alors que le village possède une richesse grandiose, comment faciliter la réussite au village ? Nous appelons ainsi les Bakassa de près ou de loin à se rejoindre à nous pour que nous puissions dans une conjugaison de nos efforts  trouver des solutions promptes pour le développement social, culturel, et économique de notre village.

II-3- Processus de décentralisation du développement

 

De plus en plus et avec l’appui de la loi sur la décentralisation, l’Etat transfère les compétences et une partie du pouvoir aux  collectivités territoriales décentralisées que  sont les communes. Il apparait donc qu’une organisation au niveau de chaque localité est une chose incontournable. Cela permettra alors a chaque groupement d’être le premier acteur de son développement, cela ne peut se réaliser que si la population en générale et l’élite en particulier mettent des stratégies permettant de comprendre les problèmes qui minent leur village et en rechercher les solutions adaptées. Cela nous amène à revenir  sur le rôle que joue chaque groupe dans la réussite d’un programme de développement à savoir : les jeunes ; les parents et l’élite. Les jeunes que nous sommes avons jugés utiles de mettre en exergue le travail qui est le notre en pensant par le biais des colonies regrouper la grande majorité des jeunes afin de multiplier nos efforts. Quant aux parents et a l’élite nous leurs demandons de nous assister dans cet élan qui nous anime afin que les objectifs soient atteints dans leur ensemble. Ceci dit le secrétaire des nations unies, Koffi Annandisait je cite « Tous peuple qui s’éloigne de sa jeunesse, s’éloigne aussi de son développement » comme pour dire que la jeunesse d’aujourd’hui est le reflet de la société de demain. Ainsi si nous avons en cœur notre village, il est temps de penser à son futur et cela ne passera que par la symbiose entre  les parents, l’élite et la jeunesse. 

 

III- Quelques voies de solutions​

Nous avons précédemment énuméré quelques problèmes qui minent notre beau village dont nous sommes les garants de son développement. A la question de savoir quel héritage laisserons-nous à nos descendants de la première, de la deuxième ou de la troisième génération, nous sommes sans réponse car nous ne savons pas comment sera notre village d’ici 10 ans, 20ans. De plus à quoi bon de faire des enfants et de ne pas leur donné l’héritage culturel qui leur est de droit ? Aimerions-nous voir notre progéniture disparaitre sous l’envahissement des enseignements occidentaux ? Nous disons non.

Nous pensons que les solutions existent pour résoudre ce problème, cela passe d’abord le retour à la source de tout citoyen bakassa où qu’il soit et quoiqu’il soit. Cela est une condition sine qua none pour prétendre à un développement propre et le maintien de notre héritage culturel. De plus les parents par leur expérience devront intégrer la jeunesse dans leur cahier de charge afin de les rapprocher vers eux et de leur inculquer les valeurs morales et culturelles qui sont les leurs. La jeunesse quant à elle devra par son dynamisme créer des situations de rapprochement entre ses membres et entre elle et les parents afin de rentrer en connaissance de certaines réalités de son village. La jeunesse pour battre au diapason a donc mis sur le concept des colonies de vacances afin de remplir la fonction qui est la sienne.

 

  IV- Colonie de vacances 2015

 

IV-1-Contexte de la colonie

La colonie de vacances est un mouvement communautaire fait d’un ensemble d’activités et qui vise à renforcer les liens entre les individus faisant partir de cette communauté là. Ainsi dit, la colonie de vacances Bakassa 2015 ne déroge pas à cette propriété mais a quelque chose de particulière car elle arrive dans un contexte où le village est en proie à un dépeuplement et à une régression à nul autre comparable. Pour cette édition de la colonie de vacances, notre leitmotiv est de rassembler les jeunes en particulier et tout les ressortissants Bakassa en général pour une communion autour d’un même objectif : faire de Bakassa un héritage culturel où tout le peuple dans toutes ses générations vient s’y ressourcé. Par conséquent nous implorons tout Bakassa où qu’il soit de se mettre à la page afin que nous puissions atteindre tous ensemble les objectifs suscités d’entrée  notre document. Il est bon de comprendre que ce n’ai pas parce que nous avons émis l’idée que nous sommes le seul acteur du projet mais nous ne sommes qu’une entité dans la réalisation des objectifs.  

 

 

IV-2- Cibles de l’évènement

La colonie de vacances 2015 du village Bakassa s’adresse à tous ses ressortissants indépendamment de leur lieu de résidence, de leur sexe, de leur statut social, de leur âge et de leur lieu de naissance. Ainsi il sera bon pour tout un chacun de mettre de son génie, de son apport, de ses moyens financiers ou moraux et de son temps pour que les choses soient au top. Toutefois, au regard des objectifs susmentionnés, nous distinguerons deux catégories de participants :

✓ Les « guides » : c’est la catégorie des avertis, elle aura pour mission d’enseigner voire de guider les siens à travers la cérémonie pour une meilleure attente de l’objectif généraux (interpeller en qualité et en quantité les acteurs du développement du village Bakassa) ;✓ Les « guidés » : c’est la catégorie des ressortissants ayant plus à recevoir qu’à enseigner, ceux-ci devront à travers les articulations de l’événement et suivant le rythme d’assimilation migré  vers la catégorie des « guides » pour des années à venir.

Si cela est atteint nous croyons que nous seront en mesure de dire que notre village est repartir sur de bonnes rails et nous serions du même fait sans crainte pour l’avenir de notre descendance car elle est le point culminant pour chaque être qu’il soit animal ou végétal.

 

 

IV-3- Planning des activités

A- DEMARCHE METHODOLOGIQUE ET CALENDRIER OPERATIONNEL

 

a- Méthodologie

 

Les travaux se dérouleront en ateliers suivant divers domaines de la vie sociétale. Ainsi les activités qui vont meubler l’événement  sont entre autres :

 

RUBRIQUE CULTURE

 

ATELIER 1 : Connaissance du village

✓ Visite de la chefferie Bakassa ✓ Visite de la grande forêt ‘’Kotcha’’✓ Visite de la chefferie Pouatcheu✓ Visite de la chefferie Deuguen✓ Visite des différents lieux sacrés ‘’Tap Keusieu’’ ; ‘’Manilor’’ ; ‘’Metralieu’’ 

 

ATELIER 2 : Artisanat (confession des œuvres d’arts)

✓ Fabrication des différents objets en Bambous ✓ Fabrication des nattes en feuilles de paille✓ Fabrication des statuettes en bois✓ Fabrication des autres objets

 

 

ATELIER 3 : Divertissement

✓ Interprétation musicale✓ Comédie ✓ Sketch ✓ Prestation des artistes invités

Danses traditionnelles (La’a li ; ko’onja ; Daaji ; Benskin…)

 

ATELIER 4 : Cultures

✓ Présentation des poèmes ✓ Dialectes parlées ✓ Histoires et contes✓ Match des incollables (culture du village culture du Haut-Nkam Culture générale)

 

RUBRIQUE INVESTISSEMENT

 

Dans cette rubrique nous allons beaucoup plus insister sur l’aspect de la dégradation de notre route. Nous travaillerons si possible avec votre concours pour le bouchement  des nids de poules qui rendent presque impraticables la route en utilisant soit  de la pouzzolane ou autre matériau adapté. Pour cela nous devions avoir à notre disposition de la pouzzolane.

NB : «  ce budget de la pouzzolane ne figure pas dans notre prévision financière, une âme de bonne volonté nous sera important ».

ATELIER 1 : Nettoyage

✓ Château d’eau✓ Bornes fontaines ✓ Bordures de route✓ Reboisement ✓ Lieux sacrés✓ Champ communautaire

 

 

 

RUBRIQUE SPORT

 

✓ Marche sportive, nous débuterons l’événement par une marche sportive dont l’itinéraire sera fixé par le comité d’organisation une fois sur place.✓ Un mini championnat de football et de handball qui également sera organisé de façon à faire intervenir dans le tournoi une ou deux associations sœurs des villages voisins.✓ Course (Marathon) ici nous parlons de l’ascension  du mont NTeuh qui est d’environ 40km évaluée en aller-retour quittant la place du marché. 

 

RUBRIQUE EDUCATION

 

✓ Conférences et débats ✓ Sensibilisation des jeunes aux grands problèmes mondiaux et de la localité Bakassa: le tabagisme, l’alcoolisme, le sous emploi, le développement agricole et la sexualité.✓ Orientation scolaire✓ Sensibilisation sur la conservation de la biodiversité condition de notre survie

 

RUBRIQUE SANTE

✓ Conférences et débats 

 

✓ Sensibilisation de la population sur les maladies telles que le Diabète, les Hépatites, le Paludisme, le Sida, les AVC etc.

 

 

 

 

ECLAIRAGE  ET ADDUCTION D’EAU  A L’hôpital

Rendre notre centre santé disponible à la norme moderne  ainsi facilitant la vie facile aux malades qui si rends plutôt dans les brousses pour faire leur besoin défaut de toilette a l’interne. 

 

 

 

 

b- Calendrier opérationnel de la cérémonie

 

 

Activités

Date et heures de mise en œuvre

Etat de préparation actuelle

Point focal (responsable de l’activiténom et tel)

Visite de la chefferie Bakassa 

 

 

 

Visite de la grande forêt ‘’Kotcha’’

 

 

 

Visite de la chefferie Pouatcheu

 

 

 

Visite de la chefferie Deuguen

 

 

 

Visite des différents lieux sacrés ‘’Tap Keusieu’’ ‘’Manilor’’ ‘’Metralieu’’ 

 

 

 

Fabrication des différents objets en Bambous 

 

 

 

Fabrication des nattes en feuilles de paille

 

 

 

Fabrication des statuettes en bois

 

 

 

Fabrication des autres objets …

 

 

 

Monument (statuette lion)

 

 

 

Interprétation musicale

 

 

 

Comédie 

 

 

 

Sketch 

 

 

 

Prestation des artistes invités

 

 

 

Danses traditionnelles (Laali, nko’onja Daaji Benskin…)

 

 

 

Exposé sur la tradition

 

 

 

Parler de sa langue 

 

 

 

Histoires et contes

 

 

 

Match des incollables (culture du village culture du Haut-Nkam Culture générale)

 

 

 

Château d’eau

 

 

 

Bornes fontaines 

 

 

 

Bordures de route

 

 

 

Reboisement 

 

 

 

Lieux sacrés

 

 

 

Champ communautaire

 

 

 

Mini tournoi (handball et football)

 

 

 

Marche sportive 

 

 

 

Course (Marathon)

 

 

 

Conférences et débats 

 

 

 

Sensibilisation des jeunes aux différents fléaux qui minent la société tels que : le tabagisme l’alcoolisme et ses dérivés.

 

 

 

Conservation de la biodiversité

 

 

 

Orientation scolaire

 

 

 

Conférences et débats 

 

 

 

Sensibilisation de la population sur les maladies telles que Diabète, Hépatite ; Paludisme ; Sida ; AVC

 

 

 

 

V- Prévision financière du projet

 

Les Charges inhérentes à la mise en œuvre des activités

 

ACTIVITES

QUANTITE

PRIX UNITAIRE

MONTANT

RUBRIQUE INVESTISSEMENT HUMAIN

       66500

Râteaux

5

1000

            5000 

Limes

10

1000

            10000 

Pelles

4

2500

            10000 

Pioches

4

3500

            14000 

Clous+rondel+flash bande

1

5000

            5000

Balais

5

1500

              7500 

Seaux  maçons

5

1000

            5000 

5litres eau de javel

1

6000

             6000 

RUBRIQUE CULTURE

          250000 

Sonorisation

1

100000

          100000 

Achat et flocage desT-shirt

1

150000

          150000 

RUBRIQUE SPORT

         2  65000 

04 ballons filles et garçons+04 jeux de maillot

1

260000

          2  60000 

Sifflet

5

1000

              5000 

RUBRIQUE SANTE

          600000 

Adduction d’eau et autres a l’hôpital 

1

600000

          600000 

RUBRIQUE TRANSPORT

          700000 

Transport  aller et retour

100

3500

          700000 

RUBRIQUE NUTRITION

          950000

Pains

1

35000

            35000 

Beurre

1

10000

            10000 

Chocolat

1

15000

            15000 

Œufs

1

15000

            15000 

Lait en poudre

1

30000

            30000 

½ sac sucre en poudre

1

15000

            15000 

Riz 50kg

5

20000

          100000 

Arachides

1

40000

            40000 

Koki 1seau de 15l

1

15000

            15000 

Légumes

1

20000

            20000 

Tomates

1

35000

            35000 

Huile rouge 20L

1

15000

            15000 

Huile d’arachide 40L

1

40000

            40000 

Cube 

10

1000

            10000 

Oignon+ l’ail

1

25000

           2 5000 

Condiments verts+épices

1

25000

            25000 

Poissons  fumes

1

60000

            60000 

Sel en sac

2

3000

              6000 

Taro

 

10000

            10000 

Spaghetti 5kg 

5

5000

            25000 

 

 

 

 

Couteaux 

10

200

              2000 

Gobelets plastiques

100

100

            10000 

Eponges métalliques+tampons

 

2000

              2000 

Détergents

1

3000

              3000 

Savons

2

15000

            30000 

GASTRO DE CLOTURE

 

350000

          350000 

TOTAL

         2932300   

 

 

NB : Pour d’amples informations veuillez contacter :

Douala : (+237) 670064619/676074306/675959476

Bafoussam : (+237) 675019520

Yaoundé : (+237) 674351183

coloniedevacances2014@yahoo.fr,                          Coloniedevacances2014@gmail.com  

  Planète colonie de vacances


CEJESBAD (Cercle des Jeunes Solidaires Bakassa de Douala)


COLONIE DES VACANCES 2014 ORGANISEE PAR LES JEUNES BAKASSA DU 02 AU 16 AOUT 2014

 

 

PLAN DE TRAVAIL

 

-RUBRIQUE CULTURE

 

-RUBRIQUE INVESTISSEMENT

 

-RUBRIQUE SPORT

 

-RUBRIQUE EDUCATION

 

-RUBRIQUE SANTE

 

 


-BUSINESS PLAN

 

RUBRIQUE CULTURE

ATELIER 1 : Connaissance du village

•Visite de la chefferie Bakassa•Visite de la grande forêt ‘’Kotcha’’•Visite de la chefferie Pouatcheu•Visite de la chefferie Deuguen•Visite des différents lieux sacrés ‘’TaaKeusieu’’ , ‘’Manilor’’, ‘’Metralieu’’

 

ATELIER 2 : Artisanat (confession des œuvres d’arts)

•Fabrication des différents objets en Bambous•Fabrication des nattes en feuilles de paille•Fabrication des statuettes en bois•Fabrication des autres objets …•Monument (statuette lion)

 

ATELIER 3 : Arts Plastiques

•Interprétation musicale•Comédie•Sketch•Prestation des artistes invités•Danses traditionnelles (Laali, nko’o nja, Daaji,Benskin…)

 

ATELIER 4 : Littératures

•Présentation des poèmes•Dialectes parlées•Histoires et contes•Match des incollables (culture du village, culture du Haut-Nkam, Culture générale)

 

 

RUBRIQUE INVESTISSEMENT

 

ATELIER 1 : Nettoyage

•Château d’eau•Bornes fontaines•Bordures de route•Reboisement•Lieux sacrés•Champ communautaire

 

ATELIER 2 : Revêtement

•Structures religieuse et hospitalière•Structures administratives

 

RUBRIQUE SPORT

1)Mini tournoi (handball et football)2)Marche sportive3)Course (Marathon)

 

RUBRIQUE EDUCATION

 

1)Conférences et débats2)Sensibilisation des jeunes aux différents fléaux qui minent la société tels que : le tabagisme, l’alcoolisme et ses dérivés.3)Problème de structure•Pollution et gestion environnemental•Technique de greffage, agricole4)La remise des primes5)Orientation scolaire

 

 

RUBRIQUE SANTE

1)Conférences et débats2)Campagne de dépistage diabète et tension artérielle3)Planning familial (sensibilisation des femmes)4)Sensibilisation de la population sur les maladies telles que Diabète, Hépatite, Paludisme, Sida, AVC etc...



Vous pouvez contacter les personnes suivantes pour plus d'informations, pour toute aide ou assistance relativement à ce projet.


Le Chargé du Projet Mr Athanase Ngassi au téléphone +237 70064619                                          

Le chargé de la communication Mr Achille Woualieu  au téléphone +237 75959476

 

 

Bakassa - (c) Tous droits réservés