sd main logo
www.bakassa.net
Menu

HISTORIQUE

Actualités Précédentes 


    Historique du village Bakassa "KASUA" A.           

 

Origine du mot « KASUA » 

 

Autrefois quand le groupement Bakassa n'avait pas encore de nom, un homme extraordinaire, guérisseur réputé et sorcier de première classe vivait dans cette région et faisait de la magie et beaucoup de choses extraordinaires qui étonnaient les gens. De partout, les personnes venaient pour voir les merveilles de ce grand magicien et d'autres pour se faire soigner. Tous étaient satisfaits de leurs visites et frappés d'étonnement, disaient entre eux : « KA NSUA FE'E » ce qui signifie « quelle magie ». De ce mot « KA NSUA FE'E » est né le nom «KASUA » qui désigne toute cette région du groupement Bakassa. 


Le fondateur du royaume Bakassa « FU Tchakoa » fut un guérisseur venant de la Menoua, il s'installa dans le lieu dit « Kouadjuè » ou «Ma'hungo » au carrefour limite des trois chefferies Bakassa, Badoumkassa, et Bana. Cette place est devenues aujourd'hui une place sacrée et réservée, la chefferie étant actuellement à quelques distances non loin de ce carrefour. La chefferie Bakassa est une dynastie vieille de  13 générations et est la chefferie mère des chefferies Badoumkassa et Bana. 


Oeuvre de chaque Roi. 

Première génération Fu Tchakoua fondateur de Bakassa, fut un chasseur de grande classe et s'installa au Nord de Bakassa, à l'endroit appelle Kouadjuè. Premier emplacement de la chefferie Bakassa. 

Deuxième Génération. Fu Siyam, fut fils de Fu Tchakoua vint s'installer à Toula à l'emplacement actuel de la chefferie Bakassa. Il fit planté le  «TamKasua » Foret sacré de Bakassa non loin de la chefferie. 

Troisième génération Fu Nsialieu, fils de Fu Siyam succéda à son père. Il fut un grand guerrier et se lança à la conquête de Fu Tchoko, Fu Ntcham, Fu gué-luma, et des Diboum. C'est de lui que naquit la dynastie «Nsialieu », « Nanga » et « Halieu ». Voici comment :De sa première femme « Meveu-Ngop » il eut trois garçons, Tchieuneu,Nanga, et Halieu. A la mort de Fu Nsialieu, le premier fils Tchieuneu devint successeur soit le 4eme chef Bakassa. Il prend la dynastie Nsialieu parce qu'il est le successeur légal de Fu Nsialieu. Les deux autres fils Nanga et Halieu refusèrent de se soumettre à lui. Et c'est ainsi que Nanga et ses partisans allèrent fonder « Doumkassua »devenu « Badoumkassa » au Nord Est de Bakassa. La Dynastie Nanga était alors née. Le troisième fils Halieu alla quant a lui vers le Nord Ouest s'installer en donnant le nom devenu « Née » « Bana » à son village il créa ainsi la dynastie Halieu. Avec cette histoire vous comprenez déjà que les trois chefs sont des frères. 

Quatrième génération. Fu Tchieuneu, comme son nom l'indique vainqueur ou triomphateur des animaux fut un grand chasseur de renommée. Il fut le successeur legal de Fu Nsialieu raison pour laquelle il adopta avec tous les habitants de Bakassa qui sont restes sous son reigne la dynastie Nsialieu. L'un des fils de Fu Tchieuneu du nom de Nsialieu,chasseur par excellence alla fonder Banwa « Nwee » et c'est pourquoi Banwa (divisé lui aussi entre temps en quatre chefferies a gardé la dynastie Nsialieu). 

Cinquième génération Fu Kamding fils de Tchieuneu fit la guerre aux Diboums et ramena des rejetons de palmiers à huile qu'il planta dans son village, surtout dans la zone de Koctcha. 

Sixième génération Fu Tchieheu a donné des conseils à ses habitants et leur a laissé des souvenirs d'un paresseux. 

Septième génération Fu Wondem fut un commerçant d'esclave et très activement engagé. 

Huitième génération Fu Tchokouamu a laisse le souvenir d'un commerçant avisé dans le commerce  d'esclave, poudre à fusil, arme, sel, etc… 

Neuvième génération Fu Tchaamu, cadet de Fu Tchokouamu, fit la guerre aux Diboums et s'empara du quartier Djoumgou. Il introduisit l'élevage des troupeaux « He' » des moutons et des chèvres à Bakassa. 

Dixième Génération Fu Ngouabe, mit fin à la vente des esclaves en conservant les captifs comme serviteurs. Il forma une petite armée de 80 hommes pour la sécurité du village. Il exhorta sa population à l'élevage comme son père en donnant lui-même l'exemple. 

Onzième génération. Fu Tchietcheu. Fils de Fu Ngouabe, fut un guerrier de premier classeil conserva 50 des 80 guerriers laissés par son père. Il vint au secours de plusieurs chefs traditionnels dans l'Ouest quand ceux-ci étaient attaqués. Il développa les forges dans le village, surtout à Pouatcheu. 

Douzième génération Fu Tchamabe, de 1905 a 1950 avait l'amour de son peuple. Il gouverna bien son village au temps des Allemands et des Français. Il ordonna la creation de la mission catholique et de la mission protestante dans Bakassa. 


Treizième génération. Fu Ngako Sébastien, remplaçant son Feu père le 19/09/1950 il a crée des voies de communications reliant le village à Bafang, en passant par Bafeko : 8 km. Bakassa Bafang en passant par Bana : 12 Km.Bakassa Badoumkassa : 4 Km. Bakassa Bapoutcheu : 6 Km. Il a introduit la culture des cafés arabica et robusta, il a fonde l'école publiquede Bakassa en 1954. Apres les troubles et menaces des Bassap, il crée un quartier à Doumga, pour faciliter l'extension des plantations dans le secteur Kotcha. Il a fait grouper la population dans le secteur Chidlieu. Il a facilité la création de deux adductions d'eaux : une a Chidlieu et l'autre a Toula. Sur son règne beaucoup d'autres projets de grandes envergures ont vu le jour. Le portrait geant de cet homme qui a sut que le developement n'est que le fruit d'une parfaite collaboration de toutes les couches de la population est entrain de se faire et sera disponible sous peu de temps dans ce forum. Nous nous étendrons en principe sur les œuvres collectifs réalises sous la direction d'un homme sage, sensé, averti et aimé par son peuple.


Les reines à Bakassa. 

A Bakassa, chaque chef qui monte au pouvoir a une reine « Ma Fu »d'une façon générale, elle est vraiment respectée par tous, hommes et femmes dont elle représente valablement partout ou besoin est. Citons ainsi quelques reines.

1.            Mafu Tchokoyo, reine du premier chef

2.            Mafu Tiedem, reine du chef Wonden

3.            Mafu Damu, reine du chef Tchaamu

4.            Mafu Tchamu, reine du chef Ngouabe

5.            Mafu Mbouagam reine du chef Tchientcheu

6.            Mafu Ngeuliambeu reine du chef Tchamabe

7.            Mafu Djeukwa, reine du chef Ngako     

Actualités Précédentes 

Division territoriale du village Bakassa.

 

Le village Bakassa est divisé en six secteurs et chaque secteur est en son tour divisé en quartiers.

 

Le secteur de Toula

 

Il se situe au Nord de Bakassa et est divisé en huit quartiers

C’est à Toula que se trouve la chefferie supérieure  traditionnelle Bakassa.

 

Le secteur de Poutchii-Kotaa

 

C’est la partie Ouest de Bakassa. Il comprend quatre quartier et c’est la que se trouve le mont Nguwedama.

 

Le secteur Tchilieu

 

Tchilieu se trouve au centre du village Bakassa. Il abrite le marche Bakassa, dont la périodicité est de 8 jours. Le jour du marché de Bakassa s’appelle « Lie nkwé »

 

Le secteur Pouatcheu.

 

Pouatcheu est la partie Sud Ouest du Village Bakassa. Il est morcelé en cinq quartiers. Il regorge des forgerons réputés dans tous l’arrondissement de Bana et toute la province de l’Ouest Cameroun. Les forgerons fabriques les objets d’usage courant tels que les couteaux, machettes, houes, poudre armes a feu, pièges, fer à lance et autres ustensiles a usage domestiques.

 

Le secteur de Teuteuh

 

Le secteur Teuteuh est la partie sud du village Bakassa. Il comprend trois quartiers. Il est dominé par le lac Teuteuch et la foret de Domga.

Le secteur de Kotcha.

 

C’est la partie Sud-est du village Bakassa. Il est le secteur le plus riche et constitue le grenier ou les Bakassa puissent la plupart des domestiques. A Kotcha on trouve les cultures de toute sorte, les gibiers, la foret Tamkocha est divisé en quatre quartiers.

 

 

 

 Secteurs

Quartiers

Sous chef

Notables

 

  

 

Toula’

 

Tchamnoo

 

 

Tchuafani

Mekam Ngouana

Ngouaneu

Mbu’ Poussi

 

Kwe’ pene

 

Mbu’Djomdem

Tchuedjiabou’

Miafuweyepe

Soh Kamte

 

 

Toussii

 

Mbu’ Tienga

So’ dua’ Tientcheu

Yossa

Soh’ Zakou

Tabua Tchaguen

Leumalieu’

 

Nzatchokogoue

Tchossak

 

Soh Ngalieu

So’ Difu

So’ Kouetcha

Tafu Tchuadjie

Toukoh

 

Kofi Ngoudem

Nzabu’ djiabé

Nzeudjomkam

Nzembu’ hemaga

Lu’ko

 

Nzeemengam

Mbu’wonkam

Menkam sigom

Saa pouassen

Saa’ dia’ keuni

Mbu’ kaklieu

So’ yokam

Miafeu Djuitcheu

Tchuala

 

Nzaassi

Nzeepii

Monidago

Mbu’tchamabe

So’tcha’ goue

Miafu’ tiako Rosalie

Pootchii Kotaa

Pootchii

 

Menkam Nzeutchama

Tchieugwe

Nzeussigueu

Nzeugouasse

Tchieukoua

So’ tchamatieu

zaaga

Kwe’loh

 

Nzeubu’tieu

Sohgafu

Tikoueleuh

Sa’ namo

Setchoua

Dueuganou

So’ kamtu’

Tigagom

 

 

Tchilieu

Pa’

 

So’ tchatchoko

Mbu’ goutchatcheu

Kenjivee

Tigouakam

Mwen

 

Sohdokatieu

Mbu’hemadak

Nzeutchieneu

Mbu’tchakam

Miafu’soohkouefi

So’ jiena

Sohngouakam

mentajako

Tchilieu

 

Nzaazu’

Nzatchanlom

Massonkameni

Nzagalak

Nzeumeu’

Tchotee

 

Nzaatcha

Nzembu’tcheu

Menkam Mbu’tie

Taapa’ monen

Tchuakamtieu

Tchieupidi

Tchouassi

Mbu’ teni imedak

Nzatchamtcheu

Ngoua’naa

 

Sa’ndua’ kamaha

Mbu’tchamase

Tafutchatchie

Tehieuneugadeng

Titchago

ngouefouaa

 

Mbu’ ka’koue

Nzaagueu

Fuapa’

Nzetchouani

Mbu’djomemo

Pouatcheu

 

 

 

 

 

Nza’leudeu

Menkamsa’

Nzamafu’ tchokoualieu

 

Chakchak

 

 

Sohtchokouameni

Mbu’ djeugoué

Nzeugouadakleu

Nzengako

Monisingoué

Nzena’wa’

Thcuémonkam

Pouatcheu

 

djenleu

 

Nzejomapi

Saagoue

Nzaghomga

Tidahngwe

Ta’ wen

Tumbak

 

Nzaassidja’

Mbu’tchamalieu

Sohnaa

Miafu’ dakleu

Touko

 

Miafu Wouani

Nzenguelissidu’

Sa’ tchokoualieu

Sohtchohémani

Teuteuh

Batchap

Nzachi remplacé par Tchuepo su’djeu et par Miafu’ Tienga

Tchuetchieu

Miafutienga

Mbu’ gouassi

Mbu’tchamtcheu

Nzafichie

Mbu’ tiako

Mbu’ tchouassom

So’ monkam

Nzagouatcham ngassom

Soo’ youagam

Deuguen

Futchoua

Mbu’ngouatchieu

Mbu’sitchieu

Soo Tcheuleu

nzeugouatchientcheu

miafuemalieu

nzéémadjieu

Domga

Futcham

Nzeutcheutcha’

Miafutchaamo

Tchuepoyotcheu

Taleutchualeu

Fu’doktchawoue

Kotcha

 

Kodjeu

Fu’ pouadeu

Nzetientcheu

Tchueleuni

Mbu’ leutcha

Mbu’ pokam

Poopi

Fukouémeko

Soo’kouapi

Nzekoma

Nza’monkam

Tchieukoueyi

Soo’ djodjou

Fokamtchokokam

Nzabu’tchouabe

Nzana’gueu

Nzetouagou

 

Kotcha

poamlieu

Nza’djomkam

Miafudjomagie

Tchueladjie

Nzeyouani

Nzegouamo

 

 

Miafutchokouabe

Nzemafutchokouague

Soo’mengapi

Nza’gouapa’tchou

 

 

 

 

 

EDITORIAl

Appel à informations

Cher fils, chère fille Bakassa, cher visiteur

Nous savons combien tout ce qui touche de près ou de loin Bakassa vous importe. Pour être au courant de tout sinon presque tout de ce qui relève d'un intérêt général pour le village et partager également avec tous les Bakassa dans divers coins de la planète, vous pouvez jouer un rôle épineux, vous pouvez apporter un plus pour un Bakassa plus connecté. Et comment donc?

 Vous pouvez régulièrement nous apporter toute information, toute image… qui touche de près ou de loin le village Bakassa, nous rapporter toute nouvelle relative aux fils et filles Bakassa du monde entier et relevant d'un intérêt certain pour le village ou ses enfants pour que nous informons à notre tour un plus grand nombre sinon tous? 


Vous pouvez en guise d’exemple nous faire parvenir toute information que sa Majesté le Roi Ngako Sébastien veut communiquer à ses sujets, nous rapporter une information de Toula, Pouantcheu, Douala ou Yaoundé, une nouvelle de la communauté Bakassa de Paris, Malabo, Dubaï ou Washington...Il peut également s'agir d'une idée ou d'un article relatif au développement...

L'heure est au digital, au numérique qui véhicule plus que le Tamtam ou la cloche d'hier et construire le network des Nsialieu-Nkwaten dépend aussi de vous qui pouvez nous aider en vulgarisant ce médium, en nous communiquant votre email, votre contact téléphonique et ceux d'autres près de vous pour que nous poursuivons et consolidons la construction du réseau Bakassa.

Point n'est plus besoin ici d'énumérer les bénéfices de cette plateforme, de ce réseau que nous voulons à l'écoute, interactif, participatif et accompagnateur dans la construction de l'édifice qu'est le village Bakassa ainsi que le progrès de ses fils et filles.

N'oubliez pas, n'oublions pas que notre site web, notre réseau en ligne ou Bakassa tout court ne peut être qu'à l'image de notre dynamisme et surtout de notre génie.

Partagez toute nouvelle qui relève d'un intérêt certain pour notre village avec nous et nous les distillerions dans les téléphones portables et ordinateurs du plus grand nombre. Faisons usage de ce médium magnifique. Nous restons à votre écoute.

Merci de Visiter: www. Bakassa.net
Écrivez nous 

(c) 2012

Bakassa - (c) Tous droits réservés